Vous êtes ici : AccueilPrésentationActualitésConstruction d'un Ehpad neuf à Riom : où en est le projet, cinq mois après les dernières mobilisations ?

Construction d'un Ehpad neuf à Riom : où en est le projet, cinq mois après les dernières mobilisations ?

Il y avait la Mutualité Française, il y a désormais aussi la Fédération hospitalière : deux projets sont à l’étude pour la construction d’un nouvel Ehpad à Riom (Puy-de-Dôme).

Les banderoles flottent toujours sur les grilles de l’hôpital et de l’Ehpad Les Jardins à Riom. Dernières traces des mobilisations qui ont émaillé le printemps riomois. Car depuis juillet, le dossier de la construction d’un nouvel Ehpad à Riom ne fait plus de vague sur la voie publique. Pourtant, dans les bureaux, le dossier a connu une nouvelle avancée : deux projets sont désormais étudiés. L’un est toujours mené par la Mutualité française, organisme privé à but non lucratif ; l’autre a été récemment présenté par la Fédération hospitalière de France et reposerait uniquement sur des fonds publics. Explications.

Le contexte : deux ans de soubresauts

Rembobinons. Il y a deux ans, presque jour pour jour, l’Agence régionale de santé et le Département annoncent la construction d’un nouvel Ehpad de 120 lits à Riom, pour 14 millions d’euros, en misant sur des fonds publics. Quelques mois plus tard, le ministre des Finances retoque le projet, jugeant que les finances de l’hôpital ne sont pas assez solides.

Depuis ? La piste explorée mène à un transfert de gestion du futur Ehpad à la Mutualité française, un organisme privé à but non lucratif. Elle est alors défendue par la Ville de Riom, le Département et l’ARS. Mais l’éventualité rencontre l’opposition des syndicats hospitaliers, des familles de résidents et des élus d’opposition, qui montent au créneau. Plusieurs mobilisations dans la rue sont menées entre mars et juin dernier pour défendre la piste d’un financement et d’une gestion entièrement publics.

Quelle était la situation depuis les mobilisations ?

Début juillet. Une trêve se dessine entre les deux camps. Face à la contestation du projet de la Mutualité, Pierre Pécoul, maire de Riom et à ce titre président du conseil de surveillance de l’hôpital, accorde un délai de trois mois, jusqu’à fin octobre, pour la présentation d’un dossier de Groupement de coopération sanitaire et médico-sociale (GCSMS), synonyme de construction et de gestion entièrement publiques du futur Ehpad. Sans y croire véritablement, mais la porte est ouverte.

Projet de nouvel Ehpad à Riom : la piste d'un financement public étudiée et 900.000 € débloqués pour des travaux

Que s’est-il passé fin octobre ?

Un GCSMS a bel et bien été présenté à l’issue des trois mois de délai au conseil technique d’établissement puis en conseil de surveillance. Des représentants de la Fédération hospitalière de France ont détaillé leur version du projet de construction d’un nouvel Ehpad à Riom, version uniquement portée par des fonds publics : elle s’appuierait notamment sur des subventions de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), du Département et sur le dispositif de Prêt locatif social (PLS).

"Je suis le premier à tomber des nues puisqu’un financement public nous a toujours été refusé, réagit Pierre Pécoul. Personne n’avait parlé d’un GCSMS depuis vingt ans et là, le projet sort du chapeau… Je suis stupéfait, mais il vaut mieux deux propositions qu’une. J’ai désormais demandé aux services de l’hôpital d’étudier ces deux propositions dans le détail, car il manque encore des éléments notamment dans les liens avec le centre hospitalier, pour la restauration par exemple. Mais je le répète : je n’ai aucune action à la Mutualité. Tout ce qui m’intéresse, c’est de faire avancer au plus vite le dossier, sans esprit de sectarisme pour le privé."

Qu'en pensent les syndicats hospitaliers ?

Du côté des syndicats, on ne cache pas une certaine satisfaction. "Ce projet de la Fédération hospitalière nous convainc complètement, réagit Nathalie Niort, secrétaire générale de la CGT de l’hôpital. Déjà parce que tout est plus clair. Ensuite parce que les tarifs seraient plus avantageux pour les résidents, et que ce projet signifie le maintien de l’habilitation sociale et du personnel dans la fonction publique. C’est une grande avancée, mais on reste mobilisé."

Ils se mobilisent pour "un projet d'Ehpad 100 % public" à Riom : deux cents personnes dans la rue

Quant au calendrier, "il faut compter trois à quatre mois d’études", considère Pierre Pécoul, qui affirme de son côté qu’« aucun tarif pour les résidents n’est garanti, d’un côté comme de l’autre ». Et de conclure : "Il faudra attendre au minimum trois ans, désormais, avant de voir le nouveau bâtiment sortir de terre."

Les travaux de mise en sécurité de l'Ehpad ont débuté

En attendant d'en savoir plus sur le projet de construction de nouvel Ehpad, les travaux de mise en sécurité du bâtiment actuel ont commencé, il y a deux semaines. Car la situation devenait critique : depuis 2014, les commissions de sécurité successives délivraient un avis défavorable à l’ouverture de l’Ehpad des Jardins ; des dérogations étaient toutefois accordées du fait de l’existence d’un projet de nouvel établissement. 

D’un montant de 900.000 €, ce chantier porte sur l’aménagement des locaux afin de faire face notamment au risque d’incendie (compartimentage des espaces, extraction des fumées…). En revanche, il n’est pas synonyme d’amélioration du confort pour le personnel et les résidents. Durant ces travaux, dont la première tranche s’achèvera en mars 2020, 34 résidents, soit la moitié des personnes hébergées à l’Ehpad, ont été temporairement contraints de déménager dans d’autres Ehpad de l’arrondissement, ou dans une partie de l’hôpital de Riom. Leur retour à Riom est programmé en juillet. "Je comprends que ce soit compliqué pour les familles concernées, mais il n’y avait pas d’autres solutions afin de réaliser ces travaux indispensables", relève Pierre Pécoul.