Vous êtes ici : AccueilNos engagements qualité et sécuritéVigilances sanitaires

Les vigilances sanitaires sont instituées par la loi n°98-535 du 1er juillet 1998 relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l'homme.

Hémovigilance

Article 1121-13 du Code de la Santé Publique

L’hémovigilance regroupe « l’ensemble de procédures de surveillance organisée depuis la collecte du sang et de ses composants, jusqu’au suivi des receveurs, en vue de recueillir les informations sur les effets inattendus ou indésirables résultant de l’utilisation thérapeutique des produits sanguins et en vue d’en prévenir l’apparition ». Sur le plan local chaque établissement de santé doit nommer un correspondant d’hémovigilance qui est chargé d’assurer le signalement de tout effet inattendu ou indésirable dû à l’administration d’un produit sanguin.
Ce système a pour objet de garantir la qualité de l’ensemble de la chaine transfusionnelle.

Le CSTH (Comité sécurité transfusionnelle et hémovigilance) veille à la mise en place de pratiques adaptées pour garantir la sécurité entourant la prescription et la délivrance de produits sanguins. Il contribue par des études des propositions à l’amélioration de la sécurité des patients qui sont transfusés dans l’établissement.

Correspondant hémovigilance : 
CSTH : 
Responsable du dépôt : Dr Laurent Vallet

Matériovigilance

La matériovigilance a pour but la surveillance des incidents ou des risques d’incidents qui résultent de l’utilisation de dispositifs médicaux (instruments, appareils, équipement, matériels etc.) utilisés pour la prise en charge des patients.
Ces dispositifs médicaux ne peuvent être importés, ni mis sur le marché, ni mis en service et utilisés s’ils ne satisfont pas au préalables à certaines exigences ou certaines conditions.
Ces dispositifs sont soumis à une procédure de certification, il y a aussi une obligation de signalement qui s’impose aux fabricants, utilisateurs voire même aux tiers ayant connaissance d’un incident ou risque d’incident.
Tout incident détecté sur un matériel biomédical est analysé, des mesures correctives immédiates sont prises. Des règles de sécurité strictes s’appliquent aux fabricants de matériels biomédicaux pour limiter les risques de panne et de dysfonctionnement.

Correspondant matériovigilance : Dr Patrick Vergne
Suppléant : Dr Olivier Dehaese

Pharmacovigilance

Articles L. 5121-22 et suivant du Code de la Santé Publique

La pharmacovigilance a pour objet la surveillance du risque d'effet indésirable résultant de l'utilisation des médicaments et produits à usage humain par le biais du recueil et de l’évaluation des informations concernant les effets inattendus ou toxiques des médicaments. Elle vise à garantir la sécurité d’emploi des médicaments. Elle repose sur l’obligation de signalement des effets indésirables par les professionnels de santé.

Correspondant pharmacovigilance : Dr Olivier Dehaese
Suppléants : Dr Patrick Vergne – Dr Audrey Ordekyan

Réactovigilance

La réactovigilance a pour objet la surveillance des incidents et risques d'incidents résultant de l'utilisation d'un dispositif médical de diagnostic in vitro, c'est-à-dire tous les éléments utilisés pour réaliser les examens de laboratoire : qualité des tubes, des réactifs utilisés …

Correspondant réactovigilance : Dr Marie-Christine Poupart
Suppléant : Dr Christine Dutour

Infectiovigilance

L'infectiovigilance relève du Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales dont les missions ont pour objet la surveillance et la lutte contre les infections nosocomiales, y compris la prévention de la résistance bactérienne aux antibiotiques. Elle fait l’objet de missions de l’équipe opérationnelle d’hygiène.
L'infectiovigilance est l'ensemble des mesures spécifiques de
surveillance, de prévention et de maîtrise des infections nosocomiales.

Correspondant infectiovigilance : Dr Marie-Christine Poupart
Suppléant : Dr Christine Dutour

Identitovigilance

L’identitovigilance concerne les systèmes de surveillance mis en place pour s’assurer de la bonne identification du patient, tant lors de l’enregistrement de son dossier administratif, que lors de sa prise en charge.